Le 28 octobre 2021

visite du chantier du téléphérique de Toulouse le 26 octobre 2021

 

Après une enquête publique menée en 2019 par une commission présidée par Claude OLIVIER (prendre connaissance du rapport), ce chantier a démarré en 2019 ; il est maintenant dans sa phase terminale puisque les 15 cabines devraient entrer en service dès le premier semestre 2022. Les pylônes ont été installés les premiers pour qu’ensuite, fin 2020, les 90 tonnes de câbles y soient posées et déroulées par hélicoptère et par drone.  Ces câbles ont ensuite été tendus durant le printemps 2021 pour accueillir la première cabine d’essai à l’été. En parallèle débutait la construction des 3 stations.

Datant de 2012, le projet a pour objectif de relier 2 pôles générateurs d’emplois, séparés par les 2 obstacles naturels que sont les coteaux de Pech David et la zone de confluence Ariège-Garonne (classée Réserve Naturelle Régionale - RNR), tout en assurant des interconnexions au reste du réseau de transports collectifs de l’agglomération toulousaine. Les 15 cabines, pouvant porter 34 passagers (dont 20 assis), fonctionneront avec la même amplitude horaire que le métro et se succéderont à moins de 2 mn pour effectuer le trajet en 10 mn, pour un trafic journalier attendu de 8 000 passagers. Cette liaison aérienne permettra d’éviter le trajet par la rocade – et ses encombrements – seul moyen de relier actuellement ces 2 pôles que sont l’université Paul Sabatier (30 000 étudiants) et le secteur de l’Oncopole (10 000 emplois). Une station intermédiaire desservira l’hôpital de Rangueil (200 000 consultations/an).

Le volet environnemental du projet a fait l’objet d’un suivi important, tant pour la phase de réalisation (limitation des nuisances aviaires lors de la pose des câbles par exemple) que dans le volet compensation (plantation de deux arbres pour un arbre arraché, achat de 12 ha de terres pour accueillir la faune et la flore impactées par le projet).

Le choix de la technologie 3S (2 câbles porteurs et 1 tracteur) a permis de n’installer, pour un tracé de 3 km, que 5 pylônes dont le plus haut mesure 70,5 m et de limiter ainsi tout impact direct dans la RNR.. La motorisation principale sera installée à la station Université Paul Sabatier qui accueillera également le centre technique et le stockage des cabines. 

Sous maitrise d’ouvrage de Tisséo-ingénierie, la conception, la réalisation et la maintenance du téléphérique ont été confiées au groupement POMA, composé de 6 entreprises.

Pour en savoir plus sur ce projet innovant et visualiser les différentes phases du chantier :  https://www.tisseo-ingenierie.fr/teleo-telepherique-toulouse/le-projet/